Sécurité

La « sureté » fait partie des quatre droits naturels et imprescriptibles de l’Homme, selon l’article 2 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789.

Définition

Large champ de réflexion et d’action, le thème de la sécurité est souvent restreint à quelques statistiques sur la délinquance, l’immigration clandestine, éventuellement les accidents de la route. En fait, c’est beaucoup plus que cela et les acteurs de la sécurité sont nombreux… Pour une personne, la sécurité est un état d'esprit - confiant et tranquille - qui résulte du sentiment, bien ou mal fondé, que l'on est à l'abri de tout danger. À l’échelle de la société, ce sentiment devient plutôt une situation objective, analysable et souvent quantifiable (avec des critères matériels, économiques, politiques, environnementaux, militaires) qui recouvre l'absence de danger pour les personnes ou entreprises et de menace pour les biens.

Éléments de débat

La sécurité concerne de nombreux domaines de la vie quotidienne, pour les individus, les organisations et la société : la défense et la politique internationale, la sécurité publique et la lutte contre la délinquance, la sécurité économique (approvisionnement des entreprises, emploi des personnes…), la sécurité juridique (respect des droits des personnes…), la sécurité environnementale (prévention des risques, préservation des ressources, approvisionnement en eau…), la sécurité sanitaire et le système de santé publique, la sécurité des transports notamment la sécurité routière (en France les accidents de la route sont la première cause de mortalité chez les jeunes de 15 à 25 ans, devant le suicide), etc.
Aux acteurs classiquement associés à la sécurité (policiers, pompiers…), il importe d’ajouter toute une gamme d’intervenants orientés vers la prévention (électriciens, médecins, médiateurs, météorologues, constructeurs automobiles…) sans oublier chacun de nous.

Chiffres clés

En 2009, il y a eu 70 214 faits de délinquance (crimes et délits constatés par la police et la gendarmerie) constatés en Loire-Atlantique. Le taux de criminalité s’établit à 56,9 pour mille habitants en 2009, ce qui place la Loire-Atlantique au 24e rang national. Le nombre de faits constatés a diminué de 3  % par rapport à 2008, à comparer à la baisse de 1  % au niveau national.