Sport

Cette année, c’est décidé, je me mets au sport !

Définition

La citation « Mens sana in corpore sano », généralement traduite par « un esprit sain dans un corps sain » engage à cultiver aussi bien le mental que le physique.
En matière de développement local il s’agit de faciliter la pratique sportive pour tous du quotidien au haut niveau. 

Éléments de débat

Les journaux télévisés, l’actualité quotidienne ont tendance à formater nos esprits pour s’intéresser plus aux grands événements sportifs, à la compétition qu’à une pratique quotidienne, anonyme. Il est vrai que le sport de haut niveau peut faire vibrer à l’unisson toutes les couches d’une société, réunir des foules dans l’admiration pour les exploits de quelques uns… Le sport est promu pour ses valeurs sociales et éducatives mais il peut aussi exacerber certaines tensions, parfois dramatiquement (hooliganisme). Il reste cependant indispensable à la vie en société dans la mesure où il s’agit, avec les événements culturels, d’un de ces rares moments où les gens sont réunis autour d’un point d’intérêt commun. D’où la nécessité d'équipements sportifs « de prestige » et de « grandes équipes » comme d'équipements de proximité.
Le sport au quotidien, lui, touche tout le monde en termes de pratique (un Français sur deux déclare pratiquer un sport) et s’appuie sur un riche tissu associatif et de bénévoles. Ce sport au quotidien pour tous a donc besoin d’équipements, moins prestigieux mais équitablement répartis sur le territoire.
On observe aujourd’hui de nouvelles aspirations en matière de pratiques sportives : sport détente, santé, plaisir, et une demande accrue de pratiques ludiques, libres, ponctuelles. Les jeunes sont aussi de plus en plus attirés par des pratiques hybrides (sport et culture, disciplines nouvelles comme l’ultimate, pratique sur l’espace public (sports de glisse)).
Au total, une part importante de la demande sportive s’exprime en dehors des clubs et associations en faveur d’une pratique non encadrée (jeunes et femmes).
 

Chiffres clés


Les contributions

Je trouve qu'on en fait toujours un peu trop dès qu'on parle de sport, par rapport à d'autres domaines. Et si on faisait autant d'effort en matière de musique, par exemple ? Autant d'investissements publics dans les équipements, dans les clubs/écoles/structures diverses, dans les manifestations publiques, dans la communication médiatique... Une illustration : n'importe qui peut aller assister gratuitement, sans aucun effort particulier de recherche ou de déplacement très long, à un match de foot amateur à peu près n'importe quelle week-end de l'année. Pourquoi ? Parce qu'il y a suffisamment de terrains de foot pour les accueillir, suffisamment de clubs pour former les joueurs, suffisamment de communication autour du foot pour attirer de nouveaux joueurs. Alors pourquoi pas la même chose avec la musique ?
Stéfan, Saint-Sébastien, le 24/02/2011 16:01