Bretagne

Naoned, objet de polémique depuis François II

Définition

Région administrative et culturelle de l’Ouest de la France.

Éléments de débat

La Loire-Atlantique et Nantes font historiquement partie de la Bretagne, détachées d’elle par un acte administratif. Pour autant, Nantes est depuis devenue capitale des Pays de la Loire, région qui peine à affirmer une identité alors qu'en parallèle le débat sur le rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne revient régulièrement sur le devant de l'actualité.
Certains en Loire Atlantique peuvent estimer que l’affirmation de l'identité bretonne la rendrait plus visible, en particulier à l’étranger. En parallèle, les coopérations métropolitaines - le réseau Loire-Bretagne où coopèrent Nantes, Saint-Nazaire, Rennes, Angers et Brest -, atténuent ces clivages.
Pour Nantes, l'enjeu est de concilier un sentiment d’appartenance culturelle au monde breton, sa vocation ligérienne, sa tradition portuaire et d'ouverture au monde avec une volonté assumée d'être le moteur de tout le Grand Ouest. 

Chiffres clés

  • 1532 : la Bretagne est une « province réputée étrangère » unie à la France.
  • 1790 : division de la Bretagne en cinq départements, dont la Loire inférieure.
  • 1956 : création des Pays de la Loire avec rattachement de la Loire-Atlantique. 
  • 8 % des habitants de Nantes Métropole sont nés en Bretagne.

Les contributions

La Loire-Atlantique est pour un tiers bretonne, un tiers vendéenne et angevine et un tiers du reste de la France et d'ailleurs. Dire qu'aujourd'hui le 44 est breton est nier que depuis toujours des gens sont venus s'installer autour d'un franchissement de la Loire et d'un port. Nantes est sur l'axe qui va vers Paris, via Angers et Le Mans. Cet axe est composé d'une ligne grande vitesse et d'une autoroute qui ont structuré une vie économique et un habitat. Depuis un demi siècle les Pays de la Loire sont devenu une réalité.
Pierre, Saint-Sébastien-sur-Loire, le 24/01/2011 14:04
Légitimer une région artificielle par des axes de transports prouve que cette région repose sur peu de choses en fait. De plus la mixité des populations ne doit pas être un prétexte à garder une région sans avenir. Beaucoup d'autres grandes villes connaissent un phénomène analogue.
Dom, Nantes en Bretagne, le 30/01/2011 11:05
"8% des habitants de Nantes Métropole sont nés en Bretagne" : déjà le débat part biaisé. Il semblerait que tous les natifs du 44 (à commencer par moi) ne sont pas comptabilisés. Si on les compte, le pourcentage augmentera considérablement.
Gilbert, Saint Herblain, le 14/02/2011 17:05
Au départ la Bretagne a, elle aussi, été une région artificielle puisque conquise féodalement. Il faut bien un début et un demi siècle de Pays de la Loire vaut bien un demi millénaire de francisation de la Bretagne. Il y a des Angevins, des Vendéens, des Parisiens et des Bretons mais pas que des Bretons dans ce département. Si la minorité agissante et bretonnante continue à vouloir faire passer le reste de la population pour inexistante c'est qu'elle n'a aucun sens de la réalité sortie des urnes (0 et quelque pourcent).
Pierre, Saint-Sébastien-sur-Loire, le 15/02/2011 19:35
Il n'y a que des Nantais à Nantes ! Quand un citoyen vote à Nantes, on ne lui demande pas s'il est originaire de Fréjus, de Dunkerque, de Rennes, de La Roche sur Yon, de Chateaubriant ou d'Orvault. Il est nantais, point barre, parce qu'il habite Nantes. Libre à lui de cultiver son origine. Donc, il n'y a que des bretons en Bretagne, puisqu'ils habitent en Bretagne. Et si l'on considère (à juste titre) que Nantes, c'est la Bretagne, nous sommes tous bretons (d'une grande variété). Ne mélangeons pas citoyenneté et origine, il n'y a aucune exclusion de qui que ce soit à vouloir être ici en Bretagne, si possible avant 2030.
Gilbert, Saint Herblain, le 21/02/2011 17:19
Toutes les régions sont par nature artificielles. Le temps fait son oeuvre. La très petite minorité (cf résultats des dernières élections et le petit nombre de manifestant devant l'Hôtel de la région) qui très agressivement voudrait mettre tous les habitants de Loire-Atlantique en Bretagne ferait bien de penser à ce que sont devenu les Balkans au début des années 1990. En poussant leur réflexion à bout, il faudrait rendre l'Alsace aux Allemands, la Corse aux Génois, puisque ce sont des conquêtes françaises. Il faut arrêter de vivre sur des cendres et s'occuper du présent et du futur.
Pierre, Saint-Sébastien-sur-Loire, le 22/02/2011 09:18
Ne persistons pas dans l’erreur : détacher la Loire-Atlantique de la Bretagne, puis créer une Région « Pays de Loire » et une Région « Bretagne » tronquée en fut une énorme. D’ailleurs, on commence à s’en rendre compte, il n’y a qu’à voir les débuts actuels de rapprochement entre Nantes et Rennes. Le pragmatisme économique et la réalité rattrapent l’histoire. Il faut au présent, réparer les erreurs du passé, pour construire un futur plus juste et démocratique. Car enlever Nantes à la Bretagne puis créer les « Pays de Loire » fut totalement injuste pour la population bretonne et antidémocratique, car cela fut imposé sans aucune consultation de la population, laquelle aujourd’hui reste majoritairement acquise à être unie avec la Bretagne, les sondages le démontrent. Le 44 doit rejoindre la Bretagne cela n’empêche pas de réfléchir à une nouvelle organisation de tout l’Ouest
Gilbert, Saint Herblain, le 25/02/2011 15:23
Pourquoi se contenter de remonter en 1532 ? Avant que Waroch comte de Vannes envahisse le comté nantais en 587, La frontière de la Bretagne était au nord de la vilaine... Il n'y a beaucoup plus de points communs entre nantes et les villes de la Loire qu'entre nantes et les villes bretonnes ! ça fait peut être du bien à certains de se dire celtes, pour ma part je ne vois pas comment on peut se glorifier d'être des descendants d'envahisseurs.
Gilbert, Saint Herblain, le 25/02/2011 21:18
Bonjour, juste pour préciser au webmaster que le commentaire du 25/02/2011 à 21h18, n'est pas de moi. Il suffit de lire le texte pour s'en convaincre. Il est probablement de Pierre de St Sébastien. Merci d'avance de rectifier. Gilbert de Saint-Herblain
Gilbert, Saint Herblain, le 07/03/2011 13:29
Gilbert, le webmaster ne réalise aucune intervention d'aucune sorte sur les commentaires et contributions des internautes, hormis la modération. Ce sont donc les internautes eux-mêmes qui rentrent leurs données personnelles. Concernant le commentaire que vous mettez en cause, aucune information supplémentaire n'a été ajoutée, ce qui nous empêche d'identifier formellement la personne émettrice. Si vous êtes amené à contribuer une nouvelle fois, nous vous invitons donc à changer votre pseudo, en rajoutant la première lettre de votre nom par exemple.
Equipe Ma ViLLe Demain, Auran, le 08/03/2011 09:37
La plus grande ville bretonne n'est pas dans la région Bretagne. On peut tourner les choses comme on veut, cette simple phrase est en soit surréaliste. La Loire-Atlantique et la Bretagne administrative actuelle ont évidemment tout à gagner à se réunifier. Et le soi-disant problème de la future capitale d'une Bretagne reconstituée dans ses limites historiques n'existe pas. Que Rennes reste la capitale administrative de la Bretagne réunifiée, Nantes en sera la capitale économique. C'est une vision très centralisatrice qui voudrait que la plus grande ville soit la capitale administrative. New-York n'est pas la capitale des USA, Toronto n'est pas celle du Canada, Sydney n'est pas celle de l'Australie ...
Philippe, Nantes, le 22/03/2011 22:44
Ce débat est-il fait pour ouvrir les portes de la compréhension et de la raison régionale. J'en doute. Nonobstant la réalité culturelle et sociale de l'appartenance de Nantes à la Bretagne, il suffit pour s'en convaincre de regarder la géopolitique régionale, à mon sens la vraie question est bien au delà de l'affectif ou de l'attachement ou même du rattachement. Le problème posé est celui de l'organisation administrative de la France jacobine. Et dans ce cadre, dans lequel se vautrent de trop nombreuses idylles locales, il est certain que ce n'est pas demain la veille qu'un découpage régionale mettra sur l'orbite européenne une région française fusse-t-elle bretonne, dans son intégralité. Donc le fait d'être né à Nantes, à Angers ou ailleurs n' a rein avoir avec ce débat ou plutôt si, il fait au moins le lit des extrêmes qui vomissent actuellement dans les urnes. On peut néanmoins rêver à un véritable débat public, sans cette éternelle réponse "il y a d'autre priorité, ce n'est pas d'actualité" La démocratie l'impose....
Luc-Marie, nantes, le 28/03/2011 22:15
Je suis Nantais et je ne suis pas Breton, pourquoi une minorité voudrait-elle me "Bretonniser", ainsi que ma descendance ? Lui imposer une culture recréée de toute pièce ?
Pierre, Saint-Sébastien-sur-Loire, le 29/03/2011 17:46
Je suis né à Nantes il y a 34 ans, vis à Nantes depuis 34 ans, suis donc (a priori) nantais, comme vous Pierre. Je ne joue ni du bignou, ni de la cornemuse, supporte d'ailleurs assez mal la musique celtique et ne connais que 3 mots de breton. Ce que je sais par contre, c'est que nous partageons avec les autres départements bretons les armoiries de notre ville, le nom de son club de basketball, le frontispice du musée Dobrée, la toponymie des lieux, les résultats électoraux, la circonscription judiciaire, etc..., bref toutes ces choses qui font l'histoire et la sociologie des lieux, et par conséquent sa visibilité, voire lisibilité. La question n'est pas de savoir si on va vous imposer à vous et votre descendance de danser la gavotte tous les samedi matin dans la cour du château des Ducs de B******* en portant la coiffe, la question est plutôt de savoir si pour vous et votre descendance, à l'échelle de l'Europe et du monde, il est préférable d'être dans une région connue et reconnue ou dans une région au mieux méconnue, au pire méprisée, car dessinée dans un diner à Paris sur un coin de table dans les années 50. Tout le reste n'est que stéréotypes grotesque et peurs primitives.
Sylvain, Nantes, le 31/03/2011 17:27
Sylvain pose dans son commentaire une vraie question. Au delà du sentimentalisme et de la nostalgie que vaut-il mieux pour Nantes ? Etre la capitale de la fantomatique région de Pédélie (Pays de la Loire, région encore moins réelle que ne le sont la Bordurie ou la Syldavie des albums de Tintin) ? Ou être la capitale économique et une ville phare d'une région mondialement identifiable, la Bretagne ? Nantes doit être la Bretagne comme Munich c'est la Bavière ou Barcelone la Catalogne.
Philippe, Nantes, le 01/04/2011 13:06
Bonjour, Ce sujet montre une mauvaise connaissance du débat : Définition de la Bretagne : Région de l'ouest de la France, formée des départements du Finistère, des Côtes-d'Armor, du Morbihan, d'Ille-et-Vilaine et de la Loire-Atlantique.(Encyclopédia Universalis) Région Bretagne : entité administrative crée en 1955 Par ailleurs, la Loire-Atlantique est administrativement séparée de la Bretagne en 1941 par un décrêt du gouvernement de Vichy et non en 1956. Ensuite, le débat comme il est présenté est clairement orienté et ne donne pas les clés de réflexion nécessaire pour comprendre ce problème. Pour le reste, je rappele que le conseil régional de la région Bretagne et le conseil général de Loire-Atlantique ont plusieurs fois fait un voeu pour la réunification. S'il l'ont fait ce n'est pas pour des cacahuettes, c'est qu'il y a une raison et qu'elle est porteuse d'avenir.
Arnaud, Nantes, le 01/04/2011 13:41
Naoned, objet de polémique depuis François II Il n'existe pas d'objet de polémique depuis François II pour Naoned. Ce sont les seuls bretons bretonnants immigrés depuis 1850 qui veulent imposer leur nom !!! Etant dans un pays gallèse, les panneaux à l'entrée de la ville devrait être Nàntt et non pas Naoned. "Pays de la Loire, région qui peine à affirmer une identité" Ce sont les celto-bretons qui veulent donner cette illusion. En réalité il existe un sondage de TMO-région 2003 qui montre la faible identité bretonne... et la forte identité ligérienne !!! Evidement vous ne trouverez pas les chiffres dans la presse classique, ni même sur Wikipedia.
bertrand, nantes (nàntt), le 15/04/2011 15:10
Quel que soit le futur du département, c'est à ses habitants seuls de décider, pas à ceux de Bretagne. On ne peut pas faire valoir à la face du monde le "droit des peuples à disposer d'eux-mêmes" et ne pas se l'appliquer. Je maintien que les habitants de Bretagne ou d'ailleurs, en France, ne sont pas des peuples mais des Français.
Pierre, Saint-Sébastien-sur-Loire, le 18/04/2011 09:31

En quoi cela gêne que la Loire Atlantique n'appartienne pas à la Bretagne? Les Nantais qui le souhaitent n'ont qu'à se dire Breton si cela les amuse. Je ne vois pas en quoi un découpement territorial (mal fait peut-être) peut changer quoique ce soit à l'appartenance de Nantes à la Bretagne historique.

Stanislas, Nantes, le 19/06/2011 16:30