Embouteillage

Congestion, artère bouchée, encombrement, mauvaise circulation … Le vocabulaire médical décrit parfaitement l’un des principaux maux de nos grandes agglomérations : l’embouteillage.

Définition

Un trafic automobile urbain très dense, notamment aux heures de pointe… Un accident ou événement climatique engendre aussitôt des ralentissements voire une situation de blocage, partiel ou total. Et alors… en vélo, on dépasse les autos  !
Lorsque l’on parle de remède à l’« auto-immobile », la batterie des médicaments est connue : transport collectif, covoiturage, régulation des vitesses, promotion des modes doux et notamment du vélo, horaires décalés, voire péage urbain, en respectant la posologie du plan de déplacement urbain (PDU) ou d‘entreprise (PDE)… 

Éléments de débat

L’embouteillage fait partie du quotidien de l'agglomération nantaise. Connaît-on pour autant ses mécanismes  ? Est-il aussi important qu’on en a l’impression  ?
La plupart des centres-villes d’Italie sont des zones à trafic limité (ZLT) où la circulation est soumise à condition. Une telle solution n’est-elle pas une alternative au péage urbain  ?
Existe-t-il une circulation essentielle et une autre « accessoire », qui serait reportée hors heures de pointe  ?

Chiffres clés

  • Les embouteillages ont un coût : économique, social, sociétal, environnemental, sanitaire : 2 % du PIB dans l’Union annonce l’Union européenne, 0,12 % du PIB répond en écho l’économiste Rémy Prud’Homme. Le coût, même incertain et variable selon les paramètres intégrés, est réel.
  • Aux heures de pointe, sur le pont de Cheviré les trafics enregistrés sont supérieurs à la capacité maximale théorique de la voirie.
  • 20 heures sur 24, le périphérique est fluide.

Les contributions

Les embouteillages ne sont-ils pas essentiellement dûs aux mouvements nord-sud et vice-versa, du fait de zones d'emploi au nord, et zones d'habitat au sud ? Si oui, n'y a-t-il pas moyen de réduire ce déséquilibre ? En arrêtant la ZFU à Saint-Herblain par exemple (on sait très bien que les entreprises ne s'y installent pas par solidarité pou les habitants de Bellevue...), et en développant de nouveaux bassins d'emploi au Sud-Loire.
Alice, Couëron, le 28/12/2010 21:21
Le trafic ne pourraient ils pas diminuer en améliorant le réseau de transport en commun : plus de voies de bus et sur tous les axes à forte circulation (route de rennes, boulevard Michelet, route de St Joseph de Porterie...) Voir imaginer des Busway au Nord de Commerce sur les axes n'ayant pas de tram pour réaliser une étoile plus dense (Du parc Baco à la porte de Rennes en passant par Strasbourg, Bellamy, Schuman... ou de Foch au techoparc de l'Aubinière par Buat, Jules Verne et Paris par exemple) qui recouperait le réseaux existants à des endroits moins centraux que Commerce pour aussi désengorger l'hypercentre (50 Otages, Le Cardo, Duchesse Anne, Haluchère,),. Il est possible que certaine personnes soient rebutées par les bus mais pas forcément par les Busway ou les Tram (plus moderne et rapide dans les esprits) et donc serait à même de se déplacer en transport en commun et non avec leur voiture.
Guillaume, Nantes, le 25/02/2011 01:21
Il faut mettre des feux aux carrefours (rond point de Rennes, de Paris, ...) aux heures de pointes, car il a trops d'engorgement. De plus des entrées et sorties du periph, sont éminemment mal géré a cause de feux mal conçu. Je plains ceux qui ont à les emprunter chaque jour, et je ne suis pas automobiliste fréquent. Il faut envisager le devellopement de ligne de trolley-bus sur des axes comme le bd P.Bellamy, ou la ceinture de bd intérieure qui relie les rond point de Vannes Rennes, Paris, etc. en voie centrale partagée pour les 2 sens, en rabotant s'il le faut sur les trottoirs bien grand libérant du même coup des espaces pour les 2 roues plus sécurisés. Il faut envisager pourquoi pas sinon des lignes de,métro nord/sud, est/ouest, pour les grands parcours, désengorgeant ainsi le periph et limitant l'utilisation de la voiture. Il faut envisager la construction de parking à grande capacité en centre ville avec accès prioritaire pour les riverains, libérant ainsi l'espace public. Le parking de la petite Hollande devrait être construit sur 2 a 3 étages, enfouis et non, avec création sur le dessus d'un vrai parc paysager.
Maxime, Nantes, le 30/05/2011 10:34