Fraternité

Une des trois notions de la devise de la République Française. Probablement la moins utilisée communément.

Définition

Relation entre frères ou entre peuples. La fraternité désigne alors le sentiment profond de ce lien et comporte une dimension affective.
« Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité ». Déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen.

Éléments de débat

La fraternité est une notion éminemment collective, qui renvoie plus au "nous" qu’ au "je". En ce sens, elle nous interroge sur le vivre ensemble, notre ouverture aux autres mais au-delà également sur la capacité que nous avons en fonction de son degré de partage et d’acceptabilité, à nous projeter dans un destin commun.
La fraternité renvoie aussi à la tolérance, aux tolérances… aux fêtes également. Aux grands rassemblements populaires et fraternels passés de notre agglomération (de la libération de Nantes à Royal de Luxe aujourd’hui en passant par la fraternité ouvrière des chantiers navals) et ceux à inventer.
C’est une notion qui s’est régénérée régulièrement autour de moments violents ou tragiques (les tranchées de 14-18, la libération du pays) ou de très forte communion populaire (la victoire en coupe du monde de football en 1998).
Peut-on se passer d’événements particuliers pour faire vivre la fraternité tout au long de l’année ? Comment faire ? 

Chiffres clés

  • 20 avril 1848 : "Fête de la Fraternité" pour célébrer sur la place de l’étoile (à Paris) l'instauration du suffrage universel
  • 10 décembre 1948 : déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen