Energie

La nature déborde d’énergies... Nous sommes en train d’apprendre à en profiter, désormais sans épuiser les ressources.

Définition

Pour en produire, il fallait hier aller au charbon. Aujourd’hui, elle est souvent issue d’une usine à (au) gaz ou d’une centrale nucléaire. Désormais pour être branché, il est plus tendance de brasser de l’air ou de s’exposer au soleil, voire de faire feu
de tout bois. L’énergie était exclusivement fossile ou nucléaire, elle devient progressivement renouvelable ou de récupération.

Éléments de débat

Avec les déchets de 7 familles, on en chauffe une !

Cette chaleur étant de toute manière produite lors de l’incinération, son coût en tant que chaleur récupérée pour le réseau de chaleur est parmi les plus bas. L’éolien et le solaire présenteraient de fortes potentialités. Leur développement reste cependant encore confidentiel sur le territoire de Nantes Métropole : un seul projet de parc éolien à la Chapelle-sur-Erdre et 2 500 m2 de panneaux photovoltaïques installés à ce jour (centre commercial de Beaulieu, patinoire du Petit Port).

Chiffres clés

En 2009, la production d'énergie renouvelable en France atteignait 19 Mtep (mégatonne équivalent pétrole), soit près de 14% du total national.
Le bois et l'hydraulique représentent encore plus de 75% de ces énergies renouvelables, malgré une forte poussée de l'éolien (+ 40 % en un an) et surtout des agrocarburants (+ 78 %).

Les réseaux de chaleur (systèmes de chauffage urbain) sont peu utilisés en France, où ils ne desservent que 6 % des foyers environ, contre plus de 50 % dans certains pays du nord de l’Europe. Ils sont pourtant un des principaux outils à disposition pour mobiliser massivement certaines énergies renouvelables, comme le bois ou la géothermie profonde.

Sur l’agglomération nantaise, trois réseaux de chaleur existent :

  • Bellevue (chaufferie mixte bois/fioul)
  • Beaulieu-Malakoff (usine d'incinéra- tion d’ordures ménagères)
  • Saint-Jean de Boiseau (chaufferie mixte bois/gaz), permettant d’assurer le chauffage et l’eau chaude sanitaire pour plus de 22 000 logements.

Le Plan Climat de Nantes Métropole affiche une ambition de 20 000 m2 de panneaux photovoltaïques d’ici 2012.

Les contributions

Si les politiques locales ne sont pas trop freinées par celle du gouvernement, ça peut aller vite. Mais il faut que cela s'accompagne de la réduction de notre consommation d'énergie. Pourrait-on envisager un genre de quota d'énergie autorisé par habitant, avec une surtaxe de l'énergie consommée au delà de ce quota ? Ainsi, nous serions serait plus attentifs à notre consommation d'énergie.
Alice, Couëron, le 23/12/2010 21:54
Une vraie politique en terme d'énergies renouvelables doit se mettre en place... Nantes Métropole peut devenir un exemple mondial dans ce domaine. Pour cela, pourquoi ne pas commencer par équiper l'ensemble des bâtiments publics en panneaux photovoltaïques ? Ceci représente un effort financier considérable c'est certain, mais tellement nécessaire ! Les nantais sont sans aucun doute prêts à accepter un budget municipal important accordé à un tel projet ! Ceci permettrait de développer considérablement le secteur des énergies renouvelables dans notre région. L'étape suivante serait une aide économique pour les entreprises pour s'équiper. Il existe déjà un formidable exemple non loin d'Atlantis : le bâtiment d'Abalone qui est équipé en éoliennes et en énergie solaire et qui produit 100% de son énergie... Dans une dernière phase, on peut mettre en place une politique favorable pour les particuliers. C'est un défi majeur, un projet indispensable, qui ne peut se faire qu'avec l'aide d'une politique d'aide très forte des autorités publiques... "Nantes, capitale écologique mondiale" ça c'est un défi...
paul, Sautron, le 29/12/2010 12:08
30% de l'énergie consommée dans le pays vient du pétrole. C'est aussi la source d'énergie qui génère le plus de nuisances. L'argent de l'on dépense dans cette énergie part directement à l'étranger. Avant de construire des éoliennes et des panneaux solaires, ne gagnerait-on pas à nous libérer un peu plus de cette source d'énergie ?
Vincent, Nantes, le 11/02/2011 01:22
Je note avec plaisir que la présentation ne se limite pas à l'éolien et au solaire, souvent seuls exemples d'énergies renouvelables cités dans les publications "grand public". Le réseau de chaleur est en bonne place, et c'est clairement une piste à développer. Moins médiatique (car moins photogénique ? moins moderne sur un plan technique ?), le chauffage urbain permettra de développer les énergies renouvelables (et de récupération) massivement dans les villes, à condition qu'il soit intégré aux politiques d'urbanisme, d'aménagement et de construction.
Stéfan, Saint-Sébastien, le 24/02/2011 15:42
La vie est faite d'"energies" au pluriel, et je trouve interessant que l'importance de la diversité des energies renouvelables soit citée par beaucoup sur ces pages : solaire (thermique et photovoltaique), réseaux de chaleur (dont la methanisation),éolien et bien d'autres. Avec, au coeur du débat, les économies d'energies. Nous avons choisi mon mari et moi, de vivre dans une métropole plus ambitieuse et ouverte que notre Etat tout nucléaire et tout electrique ! Ce serait notre chance de voir s'accomplir, malgré tout, un developpement que l'on pourra enfin qualifier de durable, à l'echelle locale.
Gwenaëlle, Nantes, le 15/03/2011 22:55

J'ai entendu un politique s'exclamer qu'il faudrait un emplacement d'une ville entière pour bénéficier d'assez d'énergie solaire pour alimenter la France, Or je pense que nous avons plus de cette surface en toit d'immeuble!!! de plus sur l'ancien site de Cheviré où sont encore tous les raccordements nécéssaires, ne peut-on créer une "centrale mixte éolienne énergie photovoltaïque" pour pallier aux problèmes climatiques, il est rare que les jours sans soleil soient sans vent et inversement surtout avec le couloir de la Loire qui dégage l'espace

luce, Les SORINIERES, le 12/08/2011 11:49