Logement locatif social

Plus des deux tiers de la population française seraient éligible à un logement locatif social

Définition

Un logement locatif social est un logement destiné, suite à une initiative publique ou privée, à des personnes à revenus modestes et intermédiaires qui auraient des difficultés à se loger sur le marché libre.
Compte tenu des revenus, 74 % de la population de l’agglomération et 69 % de la population française pourraient faire une demande pour occuper un logement locatif social

Éléments de débat

Deux grands types de logement social existent en France : le logement social dit « HLM » et le logement social spécialisé (foyers de travailleurs, d’étudiants, pour personnes âgées, etc.). Par ailleurs il existe un parc locatif dit social «de fait».
Le logement social dit « HLM » (habitation à loyer modéré) est celui auquel tout un chacun pense quand cette question est évoquée. Ce type de logement social appartient à un cadre fortement institutionnalisé et reçoit des subventions de l’État et des collectivités. Ce système est organisé autour des offices HLM (établissements publics qui gèrent le secteur public du logement et de l’habitat social). Les offices publics HLM sont rattachés aux collectivités locales et gérés par les collectivités locales, l’administration de l’Etat, les partenaires financiers et sociaux et les locataires. Parallèlement à ce système public, se sont développés des organismes privés et d’économie sociale de construction et de gestion HLM, les SA HLM (sociétés anonymes). Ce type de logement social est avant tout offert à la location mais, ces dernières années, l’État encourage au développement de l’accession sociale dans l’optique de créer « une France de propriétaires ». Vaste débat… Rappelons par ailleurs que les organismes HLM peuvent aussi construire du logement social destiné à l’accession à la propriété.

Chiffres clés

  • Nantes Métropole compte 48 400 logements locatifs sociaux soit 18 % de l’ensemble des logements
  • Le revenu moyen des ménages vivant dans le parc locatif social est de 1 345€ par mois. Soit un revenu trois fois inférieur à celui des propriétaires occupants (3 583€ par mois).

Les contributions

Et si la métropole nantaise permettait aux artistes auteurs visuels qui y résident, de créer, se loger et retirer rémunération de leur travail ? Les artistes auteurs plasticiens sont entre 600 à 800 à vivre dans l’agglomération nantaise, dont la moitié survivant de revenus avoisinant le RSA. La culture est avancée comme un moyen principal de développement harmonieux. Pourtant il semble que ceux dont le métier est d’y contribuer sont absents des questionnements. Hormis les nécessaires actions phares, quid des créateurs quotidiens de notre secteur. Propositions pour Logements et Espaces de création - Des ateliers-logements en locatifs sociaux, des petits groupements d’ateliers, sur l’ensemble de l’agglomération. - La réaffectation à la création de « pas de portes » délaissés, pour des implantations d’artistes essaimés en quartiers. La poursuite de reclassement de friches en pépinières pluridisciplinaires de création.
Pierre, Bouguenais, le 04/03/2011 10:56

et si la métropole nantaise permettait aux migrants et Rroms d'avoir un habitat décent?? j'en serai fière

isabelle, Nantes, le 19/06/2011 12:10