Mobilité résidentielle

Un lieu pour la vie, c'est fini ? Dans une agglomération de la taille de Nantes Métropole, en tout cas, ça déménage ! On arrive, on repart, on emménage et ré-emménage…

Définition

La migration résidentielle consiste à changer de logement, que ce soit au sein d'une même agglomération, du département, de la région, de la France ou à l'étranger… Son observation est essentielle pour comprendre les évolutions de son territoire. 

Éléments de débat

Changer de logements peut être choisi ou subi. Quand le changement est subi, il est parfois douloureux (divorce, perte d’emploi, vieillissement, handicap) et peut engendrer un sentiment de déracinement. Il peut aussi être heureux (mise en couple, agrandissement de la famille, décohabitation des jeunes…).
Les migrations résidentielles dans la métropole permettent de dynamiser et d’entraîner les territoires voisins.

Chiffres clés

  • Au cours des cinq dernières années, 100 100 nouveaux arrivants se sont installés sur Nantes Métropole, dont 81 % sont originaires de l'extérieur de la Loire-Atlantique (81 500 personnes).
  • A l'inverse, 97 100 personnes ont quitté Nantes Métropole sur la même période, dont 38 % sont partis s'installer sur une autre commune de la Loire-Atlantique (37 300 personnes).
  • Par ailleurs, 320 000 ménages de l'agglomération n'ont pas changer de logement au cours des cinq dernières années.
  • En 2010, 10 % des habitants de l'agglomération déclarent vouloir déménager dans les mois qui viennent, et parmi eux, les deux tiers souhaitent rester dans l'agglomération.