Périurbain

La ville prend ses aises, elle s’étale sur de nouveaux territoires jusqu’ici à dominante rurale.

Définition

Prenons Nantes et son agglomération : son territoire d’influence s’étend de plus en plus loin. Aujourd’hui on peut estimer que le bassin de vie de Nantes concerne plus de 110 communes. Au delà de la zone agglomérée, c’est un vaste territoire entre deux, ni tout à fait urbain, quoique l’INSEE désigne tout ce territoire comme « aire urbaine », ni tout à fait rural.
C’est le territoire des migrations alternantes pour aller au travail et en revenir, pour l’ensemble des besoins de la vie quotidienne. C’est la vaste zone de chalandise des habitants pour rechercher un terrain à bâtir autour de la ville.
C’est aussi la zone de mitage d’un espace agricole dont on reconnaît aujourd’hui tous les bienfaits : économiques, alimentaires, culturels, paysagers, biodiversité… La périurbanisation, avec son cortège de conséquences spatiales, environnementales, sociales, est un des principaux défis pour la gouvernance des "villes territoires". 

Éléments de débat

L’habitant du périurbain choisit-il toujours son lieu de résidence ? Si l’on produit plus de logements dans l’agglomération nantaise, conformément aux orientations du nouveau Programme Local de l'Habitat (PLH) quel en sera l’effet sur la périurbanisation ?
Plus de 80 % des ménages ont la maison individuelle comme modèle idéal d’habiter. Une réponse aux besoins des ménages en termes de logements collectifs classiques ne fera que prolonger les phénomènes de périurbanisation.
L’organisation du territoire périurbain autour de ses pôles structurants, comme le prévoit le Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) de la Métropole Nantes - Saint-Nazaire et celui du Pays de Retz est une nécessité pour donner à tous les habitants les services et les commerces dont ils ont besoin sans aller dans le cœur de l’agglomération.
Avec l‘allongement des distances entre lieu d’emploi et lieu de résidence, le coût énergétique ainsi que le budget transport des ménages augmentent…

Chiffres clés

L’aire urbaine de Nantes :

  • 65 communes en 1990, 82 communes en 1999, plus de 110 communes aujourd’hui.
  • Depuis 1960, la superficie a été multipliée par 5, la population par 1,5.
  • Depuis le début des années 2000, 75 % des emplois du département on été créés dans l’agglomération nantaise.
  • Chaque jour, près de 80 000 périurbains entrent dans l’agglomération nantaise pour y travailler et inversement 30 000 habitants en sortent.
  • Un habitant de l'agglomération parcourt en moyenne 165 km en voiture par semaine, un habitant du périurbain en parcourt 240.

Les contributions

Il est plus qu'urgent de mettre fin à l'étalement urbain de Nantes : - pour limiter les distances domicile-travail. - pour protéger les terres agricoles, pour une agriculture de proximité. - pour protéger les zones humides proches de Nantes, qui épurent naturellement l'eau et abritent une grande biodiversité. - pour ne pas se retrouver dans une ville coupée de sa campagne.
Charles, Nantes, le 21/12/2010 14:35
Oui, d'accord avec Charles, mais attention, la qualité des programmes de logements collectifs qui viennent désormais remplacer les maisons individuelles sont de trop moyenne qualité (esthétique, architecturale, et en terme de bilan energétique). La norme BBC est trop peu contraignante, et est-elle vraiment respectée ? Exemples qui me viennent à l'esprit : immeubles route de Paris, immeuble au centre-ville de Couëron.
Alice, Couëron, le 30/12/2010 08:57
L'intégration entre lieu d'habitation, lieu d'activité, lieu de production alimentaire et espaces naturels préservés reste encore du domaine de la recherche. L'aire péri-urbaine est un lieu stratégique pour de telles expérimentations.
Vincent, Nantes, le 13/01/2011 21:35
Il me semble urgent de trouver et mettre en place une alternative aux 'lotissements" lieux d'habitat dortoir: le développement d'habitat collectif seul ne suffira pas à en réduire les conséquences sociales et environnementales désastreuses . il faudrait réintégrer de lieux de sociabilité et de services mixant les populations, par exemple : cafés et cafés internet, crèches ou halte garderie, marchés... recréer u centre ville excentré...
isabelle, nantes, le 19/03/2011 12:42