Renouvellement urbain

Site gallo-romain de Saint-Lupien à Rezé, tour Haut-le-Pied de l’ancienne Porte Sauvetout à Nantes… Deux exemples très clairs qui démontrent que la reconstruction de la ville sur elle-même a toujours existé.

Définition

Action de transformer un territoire urbanisé (un tissu urbain) par la démolition de l’existant puis la reconstruction sur place. Le renouvellement urbain représente une alternative majeure à l’étalement urbain.
Le renouvellement urbain peut changer (mais pas obligatoirement) les usages et fonctions d’origine du site sur lequel il intervient : un bâtiment peut être remplacé par un autre ou par un espace public… En ce sens, le renouvellement urbain n’est pas forcément synonyme de densification.
Il peut être spontané sous l’action de l’habitant ou du secteur privé, ou planifié par les pouvoirs publics (projets urbains de l’île de Nantes, de Malakoff Pré Gauchet, des Indulgences à Sainte-Luce, du site de l’ancien hôpital à Vertou…)
Le renouvellement urbain est présent partout sur le territoire de Nantes Métropole : dans les bourgs, dans les lotissements, dans les quartiers résidentiels centraux, dans le centre-ville de Nantes.

Éléments de débat

Le renouvellement urbain est plus ou moins bien accepté par les habitants, selon qu’il conforte un état existant (construction de deux maisons individuelles à la place d’une…), transforme un quartier sans avenir (mutation d’une friche industrielle en quartier résidentiel…), ou fait évoluer radicalement un cadre de vie (construction d’un immeuble collectif dans un lotissement…). Quel renouvellement urbain accepté et partagé par tous ?

Le renouvellement urbain est plus coûteux et plus long que la construction sur les terrains vierges en périphérie d’agglomération. Quelles politiques foncières mettre en place pour équilibrer les phénomènes ? Comment provoquer l’envie du renouvellement urbain, comment créer du renouvellement urbain spontané ?
Entre la « tabula rasa » des années 50 et 60 et la préservation exacerbée du patrimoine, comment faire partager l’équilibre des formes urbaines, comment valoriser la richesse architecturale « quotidienne » ? 

Chiffres clés


Les contributions

Je suis pour, les chantiers navals, le site de la tour à plomb par exemple, ont redonné un caractère et une deuxième vie à ces sites. Cela permet aussi de conserver la mémoire de notre territoire. Juste une remarque sur le site de la tour à plomb : est-il vraiment nécessaire d'allumer tous les soirs les énormes spots de stade de foot qui ont été installés, pour éclairer la place, complètement vide ? Voilà déjà une première piste pourfaire des économies :)
Alice, Couëron, le 23/12/2010 16:28