Les élèves du lycée Alcide d’Orbigny à Bouaye votent pour leur ville de demain : épisode 1

07 mars 2011

Après avoir répondu au questionnaire sur la métropole idéale, les seconde se sont mis au travail, par groupe de quatre : sur une page, ils esquissent leurs arguments pour leur ville de demain. Pour les uns, la ville du futur doit être « dynamique et animée », une ville pour tous, avec de la musique « pour les jeunes et pour les vieux ». Pour d’autres, elle doit être « jeune et responsable », c'est-à-dire financièrement responsable. Avoir des projets est une chose, encore faut-il les financer ! D’où l’instauration d’une taxe carbone par exemple. Cette ville doit construire des quartiers étudiants, avec des loyers peu chers et un pôle emploi spécial jeune. Elle doit prendre en compte la réinsertion des détenus, avec des appartements qui leur seraient réservés et des emplois, « six mois renouvelables ». Veiller à entretenir les édifices historiques est important afin de « favoriser l’accessibilité à la culture et au patrimoine ».

Certains veulent une ville à l’architecture « moderne et accessible », d’autres une ville «entre patrimoine et modernité», d’autres rêvent une ville sécuritaire, sans délinquance. Certains vont jusqu’à la dessiner, cette ville : de forme carrée, avec des transports en commun souterrains. Au centre, une tour avec au dernier étage la mairie, puis le commissariat, tous les services publics jusqu’aux commerces aux premiers étages. Vauban et Le Corbusier, toujours d’actualité ! Les urgences seraient réparties en plusieurs points plutôt que concentrées, afin d’être au plus proches de la population. Les immeubles sont placés sur les lignes de transport en commun, avec au pied des jardins publics faisant aussi office de potagers. Et tout autour de la ville, des champs dédiés à l’agriculture.

Sans oublier la ville autosuffisante, « autant en énergie, en nourriture qu’en agriculture ». Il y aurait des hydroliennes, on pourrait augmenter le débit de la Loire en canalisant tous ses bras en un seul. Ce qui augmenterait la surface agricole utile et la rendrait facilement irrigable. Et en plus, tous ces travaux créeraient des entreprises et des emplois, d’où la baisse du chômage. Enfin, ce serait la fin des voitures dans le centre-ville, à condition d’élargir le réseau de tram.

La plus farfelue ? Vélocity certainement, puisque les jeunes qui la promeuvent souhaitent y instaurer une vélocratie : au lieu d’aller à l’école, les jeunes devraient faire du vélo, pédaler pour produire de l’énergie. Rêve ou cauchemar ?

Un grand merci à tous ces jeunes gens qui ont accepté de jouer le jeu, à leurs professeurs qui s’investissent pour faire de leurs élèves des citoyens de demain, et toutes nos félicitations à ces urbanistes en herbe. Qui sait ? Peut-être a-t-on fait naître des vocations ? En tout cas, une chose est sûre, nous attendons le résultat de leurs réflexions avec impatience !


Entrée du lycée Alcide d'Orbigny, Bouaye
 

Retour aux actualités