A Basse-Goulaine, Ma Ville Demain a suscité l’intérêt des Goulainais(es)

08 mars 2011

Une soixantaine de Goulainais et de Goulainaises ont répondu à l’invitation de leur maire, Alain Vey. La présentation de Ma Ville Demain a suscité beaucoup d’intérêt et des interrogations.

Cette réunion publique signifie-t-elle qu’il soutient la démarche initiée par le président de Nantes Métropole ? Réponse de l’intéressé : un maire ne peut bien sûr pas être contre une démarche de ce type ! Raison pour laquelle la délibération lançant le projet a été votée à l’unanimité au conseil communautaire de juin dernier. Thierry Violland, directeur général de l’Agence d’urbanisme de la région nantaise (Auran), rappelle que cette délibération portait sur des points précis : lancement de la démarche, désignation de la Conférences des maires comme instance de référence, coordination générale confiée à l’Auran.

Puis des questions de fond sur la méthode générale et sur le questionnaire : comment le point de vue des Goulainais va-t-il être pris en compte dans l’ensemble de l’agglomération ? Beaucoup n’auront pas eu connaissance du questionnaire d’ici le 15 mars. Y a-t-il un âge minimum pour répondre à ce questionnaire ? Comment participer ? Comment faut-il se considérer pour contribuer, en tant que citoyen de sa commune ou de l’agglomération ?

Alain Vey a souhaité rassurer tout le monde : chaque commune a bien sûr sa spécificité. Il faut accepter et se réjouir du dynamisme de l’agglomération, et pouvoir exprimer ce qu’on souhaite – ou ne souhaite pas – pour sa commune et pour la métropole nantaise.
Il n’y a pas d’âge minimum pour répondre au questionnaire. Mais tous ceux qui y ont déjà répondu savent qu’il reste d’un abord compliqué pour des enfants. Pour autant, le questionnaire est un élément de participation parmi d’autres qu’on peut retrouver sur le site, les enfants (et les plus grands !) peuvent contribuer à leur manière, en nous envoyant des dessins, des poèmes, des images, des chansons, des musiques, des sons… Et comme il a été rappelé lors de cette réunion : « parlez d’où vous êtes, sur ce que vous voulez, comme vous l’entendez ».
Ce sont des experts de l’agence qui se chargeront ensuite d’analyser la richesse de toutes ces contributions pour préparer les débats qui débuteront au printemps prochain.


Alain Vey, maire de Basse-Goulaine, Thierry Violland, directeur général de l'Auran et Soline Berthereau, chargée de mission Ma Ville Demain
 

Retour aux actualités