L'atelier-débat sur l'empreinte écologique sébastiennaise contribue à Ma Ville Demain !

22 mars 2011

Indicateur apparu au moment de la Conférence de Rio en 1992, l'empreinte écologique exprime en hectare la surface nécessaire pour pourvoir aux besoins d'une population et de ses activités et pour absorber ses déchets. Si cette mesure est par nature incomplète, car elle ne prend pas par exemple en compte les menaces qui pèsent sur la biodiversité, elle permet d'alerter sur les limites des systèmes de production et de consommation de certains pays. Si l'ensemble des habitants de la terre avait le mode de vie d'un Américain, il faudrait 5 planètes. Aujourd'hui l'empreinte écologique mondiale a dépassé la capacité de la Terre et nous sommes actuellement en train de surexploiter les milieux.

Pour ne pas "vivre à crédit" et adopter au quotidien des éco-gestes, deux thèmes ont fait l'objet d'ateliers en groupes de travail sur la base d'un questionnaire individuel. Les habitudes alimentaires et de consommation ont permis d'une part d'échanger sur une palette de sujets allant des circuits courts aux rapports nord-sud en matière d'agriculture. Les enjeux à l'échelle du logement ont conduit d'autre part les participants à évoquer les questions d'isolation, d'économie d'énergie et de densité.

Cette soirée s'est conclue par un constat fort : la nécessité de continuer à mobiliser et à faire œuvre de pédagogie pour mobiliser les citoyens et changer les comportements. Pour la suite, les échanges feront l'objet d'un compte-rendu assorti de propositions, qui seront sans nul doute enrichies des initiatives déjà portées par les nombreuses associations présentes vendredi, et cette contribution sera versée au débat engagé par Ma Ville Demain.


Les rencontres du développement durable de Saint-Sébastien se sont déroulées à l'Escall du 15 au 20 mars derniers

Retour aux actualités