L’atelier Climat contribue à Ma Ville Demain !

11 avril 2011

Scénario 1

Dans le scénario 1, les émissions de gaz à effet de serre de l’agglomération ont diminué de 50 % par rapport à aujourd’hui. Quelles évolutions ont rendu possible l’atteinte de cet objectif du Plan Climat de la métropole nantaise ? Qu’est-ce qui a changé, en termes de déplacement, de consommation, d’habitat ?

L’accent est mis sur les transports collectifs (électriques), le vélo et la marche. Les citoyens consomment davantage les productions locales et de saison. Les loisirs sont eux aussi plus locaux, et plus utiles (jardinage). L’habitat devient plus collectif, plus respectueux de l’environnement.

Les technologies et l’innovation jouent un rôle essentiel, avec l’émergence de nouveaux concepts, en matière de transports (bus électriques) ou d’habitat par exemple (toits végétalisés, jardins suspendus…).

Les pouvoirs publics incitent les citoyens à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, notamment en taxant les produits fortement émetteurs ou en rendant obligatoire la Haute Qualité Environnementale dans la construction de tout nouveau bâtiment.

Résultat : la vie quotidienne en 2030 est plus calme, plus apaisée, plus « humaine ».

Scénario 2

Dans le scénario 2, les émissions de gaz à effet de serre du territoire n’ont pas diminué. La prise de conscience générale n’a pas eu lieu, les enfants ne sont pas sensibilisés à l’école, l’individu ne voit pas l’intérêt de changer son comportement. Seuls les volontaires changent.

Résultat : la qualité de vie des habitants de l’agglomération est très dégradée. Ils habitent de plus en plus loin de leur lieu de travail, passent de plus en plus de temps dans les transports, et n’ont plus de temps pour eux. Sans compter que les risques sur la santé sont réels.

L’agglomération est de plus en plus ségréguée, entre les habitants qui vivent dans des quartiers au bâti de qualité, et les autres. L’agriculture a disparu sous la pression urbaine.
Le niveau de vie diminue, à cause des coûts engendrés par le traitement de la pollution : la collectivité est dans l’obligation d’augmenter les impôts pour traiter les déchets, les eaux usées…

Bel exercice de prospective participative ! Merci aux citoyens qui se mobilisent dans le cadre du Plan Climat, sûr que ces réflexions alimenteront celles de Ma Ville Demain.


Respectivement 3e, 4e et 5e en partant de la gauche : Ronan Dantec, Vice-Président en charge du Plan Climat, Jean-Marc Ayrault, Président de Nantes Métropole, Fabrice Roussel, Vice-Président en charge du dialogue citoyen
Photos Patrick Garçon, Nantes Métropole
 

Retour aux actualités