Les chefs d'entreprise

Ces analyses sont issues de l'enquête réalisée en mars 2011 par la CCI Nantes Saint-Nazaire.

Les marges de progrès

Les marges de progrès identifiées par les entrepreneurs concernent principalement deux domaines : la faible ouverture à l’international et la congestion de la ville.

Les freins économiques au développement
graphique

Faible ouverture à l’international

Arrivée en tête des freins au développement, cette faible ouverture à l’international concerne surtout les entreprises de petite taille. Selon les chefs d’entreprises, les réponses passent par plusieurs leviers :

  • renforcer l’accessibilité du territoire à l’international et notamment avec le futur aéroport de Notre-Dame-des- Landes ;
  • se construire une image forte à l’international ;
  • communiquer sur les potentiels de la métropole (cadre de vie, patrimoine industriel, une grande ville à dimension humaine…).
     
La congestion de la ville

La saturation du périphérique et les problèmes de liaison nord/sud sont jugés préoccupants par bon nombre de chefs d’entreprise : « la concentration,voire la recentralisation de structures périphériques vers le centre et l’Île de Nantes, amplifie le congestionnement et les difficultés de circulation… ».

Parmi les solutions évoquées, on retrouve : la création d’un nouveau pont entre Nantes et Saint-Nazaire, l’ajout d’une troisième voie au périphérique, un développement accru des transports en commun…

Le renforcement des réseaux d’entreprises

Jugés comme peu développés, les réseaux d’entreprises doivent se renforcer afin de mieux structurer le tissu en filières économiques : « maillage interentreprises embryonnaire », « une mentalité entrepreneuriale trop provinciale », « entreprises ne pratiquant pas suffisamment le benchmark et trop renfermées sur elles-mêmes… ».

Parmi les solutions évoquées, on trouve : le développement de pôles de compétitivité et d’excellence reconnus (EMC2, biotechnologies, Technologie de l’Information et de la Communication, Green Business…), l’accompagnement des PME à l’innovation, le renforcement de la coopération avec les universités et les laboratoires de recherche.

L'avenir économique de la métropole

L’industrie, qu’elle soit traditionnelle ou innovante, et le tourisme apparaissent comme les secteurs les plus porteurs pour la métropole nantaise. Selon les chefs d’entreprise, il faut encourager toutes les formes d’industrie et ne pas tout miser sur le tertiaire.

Les secteurs d'activité porteurs
graphique

Les industries innovantes

Les industries innovantes (énergies nouvelles, matériaux composites…) sont citées massivement parmi les secteurs porteurs avec 53 % des réponses de rang 1.

« Pour l’avenir, ce sera la capacité d’innovation traduite dans le tissu industriel qui assurera la richesse économique des habitants », « Aider les entreprises liées aux nouvelles technologies », « Séduire les entreprises pour qu’elles viennent s’installer ».

L’industrie traditionnelle

Selon les chefs d’entreprise, l’industrie traditionnelle (agroalimentaire, construction navale, aéronautique…) a encore de beaux jours devant elle, à condition qu’elle réussisse à se moderniser et qu’elle continue d’innover.

« Recréer un tissu économique de production et non de services, d’où la nécessité d’une modernisation culturelle des industries traditionnelles. »

Le développement du tourisme

Malgré le fait que ce secteur soit arrivé au troisième rang des réponses, les chefs d’entreprise interrogés ont peu développé ce point.
Il est souligné que « c’est la diversité qui fait l’attrait » et que « la culture et les loisirs contribuent aussi au développement économique ».

L’agriculture biologique, le commerce de proximité et les services aux entreprises comptent également parmi les secteurs d’avenir à ne pas passer sous silence.

Les défis du territoire

Les chefs d’entreprise insistent sur « la nécessite de dépasser toute pensée unique », « enlever ses oeillères », et sur « l’enjeu d’ouverture d’esprit »…

On retrouve ensuite huit enjeux d’avenir largement partagés suivis de quelques pistes d’action :

Développer les infrastructures de transport en :

construisant un nouveau franchissement de Loire entre Nantes et Saint-Nazaire ;
favorisant la création de nouvelles infrastructures (Notre-Dame-des-Landes, port Nantes – Saint-Nazaire…) ;
développant encore plus les transports collectifs.

Accompagner et soutenir les chefs d’entreprise en :
  • valorisant les PME ;
  • abaissant la fiscalité ;
  • aidant et promouvant la création d’entreprises ;
  • favorisant un bon climat social ;
  • évitant la délocalisation des grosses industries.
Veiller à la diversité des moteurs économiques en :
  • encourageant l’industrie ;
  • attirant des entreprises innovantes ;
  • ne misant pas tout sur le tertiaire ;
  • développant des dynamiques de coopération.
Développer l’offre de formation et stimuler la volonté entrepreneuriale en :
  • créant des formations en adéquation avec les besoins des entreprises ;
  • diffusant l’esprit entrepreneurial au niveau des institutions locales et du grand public.
Conserver une métropole ouverte, animée, où chacun a sa place en :
  • renforçant le lien population/décideurs ;
  • maintenant une grande mixité sociale ;
  • ouvrant la ville ;
  • diffusant une image positive de Nantes.
Veiller à l’équilibre des territoires en :
  • offrant des logements pour tous ;
  • évitant les conflits d’usage de l’espace ;
  • faisant jouer la coopération avec les autres villes et le fonctionnement en réseau ;
  • dynamisant les centres-villes des communes de l’agglomération.
Se développer à l’international en :
  • rendant le territoire accessible de l’international ;
  • construisant une image forte autour de nos atouts ;
  • communiquant : faire savoir, se faire connaître.
Préserver la qualité de vie et de l’environnement en :
  • réduisant nos dépenses énergétiques ;
  • améliorant le traitement et la gestion des déchets.