La consultation des habitants

L'Auran a, dans le cadre du projet de territoire Ma Ville Demain, inventons la métropole nantaise de 2030, lancé une consultation auprès des citoyens de la métropole, par l’intermédiaire d’un questionnaire intitulé « Quelles questions pour l’avenir ? ».
Ce questionnaire sur l’avenir de la métropole, construit à partir de questions ouvertes et fermées, a permis de recueillir près de 5 000 réponses.

Il y a bien un esprit commun à la métropole qui se caractérise par un attachement de ses résidents à l’agglomération nantaise, à ses communes, au travers de valeurs et réalisations qui permettent un vivre ensemble. Cela donne à ses habitants une capacité à se projeter dans l’avenir. Ces attitudes sont assez homogènes selon les différents territoires et catégories de résidents.

Ces caractéristiques et la qualité des réponses des 4 886 répondants au questionnaire proposé, dont les principaux enseignements
sont exposés ci-après, singularisent positivement la métropole nantaise.

Des exigences se font néanmoins jour pour l’avenir. Le territoire de demain est vécu et décrit comme devant permettre à l’agglomération de se développer afin de relever les défis extérieurs et d’avenir, tout en devant préserver son identité.

Analyse des réponses question par question

Q1. Que rêvez-vous de faire dans l'agglomération que vous n'avez jamais pu faire jusqu'à aujourd'hui ?

*Question ouverte dont les réponses ont été regroupées en différentes thématiques

La majorité des réponses tient à la qualité de vie : pour la plupart, les habitants de l’agglomération nantaise rêvent simplement de s’épanouir, de se promener dans la ville, de se relaxer, de s’amuser. Vient ensuite l’importance de la proximité et de l’accessibilité
autant des services que des cours d’eau, de la culture ou des équipements sportifs. La fluidité des déplacements reste un idéal à atteindre pour les habitants ; sont souvent cités les pistes cyclables, les transports en commun ou le stationnement facile. Enfin, les habitants semblent sensibles à la façon dont le territoire se développe et évolue, avec le souhait d’une ville qui se développe mais qui reste à taille humaine, adaptée aux personnes âgées, durable et aménagée avec des espaces verts.

Les femmes, plus que les hommes, espèrent que la métropole nantaise restera une agglomération à taille humaine et mettent en avant l’importance de vivre dans un territoire qui a des valeurs. Les hommes mettent davantage en avant le rapport à l’eau et la fluidité des déplacements.

Les thématiques liées à la qualité de vie sont davantage citées par les plus âgés, l’accès à la culture et au sport par les plus jeunes
(à noter que ce sont les 29-44 ans qui rêvent le plus à des équipements adaptés pour les personnes âgées) et devenir propriétaire est un rêve auquel les 29-44 ans sont les plus sensibles.

Q2. Quelles sont vos trois préoccupations essentielles aujourd’hui, dans votre vie de tous les jours ? *

graphique

*Question ouverte dont les réponses spontanées ont été regroupées en différentes thématiques. Le total est supérieur à 100%, les personnes interrogées ayant pu donner plusieurs réponses

Pour la moitié des habitants de l’agglomération nantaise, le besoin de sécurité fait partie des préoccupations principales. Ce sentiment concerne avant tout les craintes sur l’avenir de la famille, l’avenir des enfants, le maintien du pouvoir d’achat et du niveau de vie, puis apparaît la sécurité des personnes.

Vient ensuite le besoin de construire sa vie au delà du travail. Il se traduit par l’importance accordée aux loisirs, sportifs notamment, aux rencontres avec ses amis, aux balades, à l’engagement associatif, à être heureux...

Trois familles de préoccupations ont ensuite réuni autour de 25 % des répondants chacune. Des préoccupations essentielles d’abord, voire vitales, comme se soigner ou se nourrir. Vient ensuite le besoin d’accomplissement, essentiellement professionnel mais aussi lié à la protection de l’environnement. Puis des préoccupations liées au fait de travailler ou de se former.

Les jeunes ont tendance à se préoccuper de l’augmentation de leurs revenus, de leurs études ou de rencontrer leurs amis. Les plus âgés évoquent des besoins liés à la santé.

Q3. Quand vous pensez à la commune dans laquelle vous vivez, et à ce qu’elle devrait être dans l’idéal dans 20 ans, quelles idées vous viennent à l’esprit ?*

graphique
*Question ouverte dont les réponses spontanées ont été regroupées en différentes thématiques. Le total est supérieur à 100%, les personnes interrogées ayant pu donner plusieurs réponses

Deux grands thèmes arrivent très largement en tête : le développement de l’agglomération et les déplacements.

Le souhait d’une ville dynamique qui se développe tout en restant verte et bien équipée est fortement exprimé, avec dans l’idéal un aménagement du territoire laissant la place aux espaces verts, aux services et commerces de proximité et à l’offre de loisirs.

Les déplacements constituent le deuxième thème qui revient le plus fréquemment, notamment le développement des transports en commun, suivi de près par la volonté de pouvoir circuler facilement sur le territoire, de voir se réduire la place de la voiture pour favoriser celle du vélo, et diminuer les pollutions.

Vient ensuite la volonté de préserver un cadre de vie de qualité (notamment au niveau culturel).

Les femmes et les jeunes insistent davantage sur l’importance des espaces verts, les hommes davantage sur les transports, la qualité de vie et la mixité.

Les jeunes sont plus attachés à la culture et à l’importance de vivre dans une ville dynamique. Les habitants de l’agglomération hors Nantes insistent sur l’aménagement du territoire. Les habitants des communes de moins de 10 000 habitants sur l’existence de services et commerces de proximité. Les Nantais mettent en avant la diminution des pollutions et l’amélioration de l’offre culturelle.

Q4. Dans quelle ville du monde rêvez-vous d’habiter en dehors de l’agglomération nantaise ? *

graphique
*Question ouverte spontanée

Ce sont de grandes villes mondiales et européennes qui arrivent en tête de peloton : New-York, Paris, Londres, Barcelone…

Bien qu’il ait été spécifié dans le questionnaire que Nantes était exclue des possibilités, on la retrouve malgré tout dans ce peloton de tête.

Les moins de 29 ans ont davantage tendance à citer des villes d’Asie,
du Royaume-Uni ou des États-Unis, les plus âgés des villes françaises.

Q5. Classez dans l’ordre de vos priorités les cinq critères nécessaires à votre épanouissement, ou à celui de votre famille, dans l’agglomération…

graphique
NB : le totale des pourcentages est supérieur à 100%, les personnes interrogées ayant pu donner plusieurs réponses

Parmi les priorités des habitants de l’agglomération, la performance des transports collectifs revient le plus fréquemment, citée par plus d’un habitant sur deux. Suivent des logements accessibles et de qualité, une vie pas trop chère et un cadre de vie de qualité.

La richesse et la diversité de la vie culturelle sont mises en avant par quatre habitants sur dix, comme la présence d’emplois adaptés aux qualifications, la présence de parcs, de jardins, de squares et de services adaptés aux modes de vie.

Les femmes ont plus tendance que les hommes à insister sur la présence de services, les hommes ciblant davantage la présence d’une offre sportive.

Les plus âgés accordent, plus que les autres, de l’importance à la présence de services, d’espaces de loisirs pour tous âges et d’espaces publics. Les plus jeunes citent quant à eux la richesse de la vie culturelle, de l’offre sportive et l’importance d’avoir du temps pour soi.

Les personnes engagées dans des associations insistent sur l’importance d’une vie culturelle dense.

Les habitants qui insistent sur la présence d’espaces de loisirs sont aussi ceux qui estiment que la qualité de l’accueil de nouvelles populations est particulièrement importante. Ceux qui mettent en avant la dynamique d’innovation souhaitent plus que les autres des emplois adaptés aux qualifications, une vie culturelle riche et diversifiée, une offre étendue de pratiques sportives et avoir du temps pour eux.

Ceux qui mettent en avant l’ouverture à l’international insistent davantage sur la vie culturelle, l’offre sportive, l’importance du pouvoir d’achat.

Q6. Pour chacune des exigences suivantes, pouvez-vous dire si elles sont satisfaites aujourd’hui, ou s’il faut les renforcer demain pour que vous, ou votre famille, vous sentiez bien dans l’agglomération ?

graphique
Nb : les totaux différents de 100% s'expliquent par les non réponses

Les valeurs qui sont considérées comme remplies par la grande majorité des habitants de l’agglomération sont l’attachement au territoire, la présence de lieux pour faire la fête, la qualité des relations avec les voisins.

Pour la majorité des habitants, la sécurité et la préservation de l’environnement sont encore à renforcer.

Enfin, pour près de la moitié des habitants, il faut continuer à renforcer l’échange et l’ouverture, la découverte et l’émerveillement, comme le besoin d’intimité et la créativité.

Les plus âgés estiment davantage que les autres répondants que l’ouverture est une valeur acquise tout comme la préservation de l’environnement. Les jeunes considèrent plus souvent que les autres que la valeur de la découverte est à renforcer et que celle de la sécurité est remplie.

Concernant la créativité, les plus âgés estiment que c’est une valeur acquise, les jeunes qu’il faut la renforcer, tout comme l’attachement au territoire, les relations avec les voisins ou les lieux pour faire la fête.

Les propriétaires considèrent que l’attachement au territoire est acquis aujourd’hui, contrairement aux locataires privés.
À Nantes, apparaissent particulièrement le besoin de sécurité, la nécessité de préserver davantage l’environnement et le besoin d’intimité, de calme et de découverte. Dans les communes de moins de 10 000 habitants, les relations avec les voisins sont considérées comme une valeur acquise.

Les habitants particulièrement impliqués dans la vie locale estiment que l’échange est à renforcer, comme la relation avec les voisins et la créativité.

Q7. Quel symbole (lieu, manifestation, personnalité, fait historique…) illustre bien l’idée que vous vous faites…*

… de votre quartier ?

graphique

… de votre commune ?

graphique

… de votre agglomération ?

graphique

Les symboles qui illustrent bien l’idée que l’on se fait de son quartier (mais aussi de sa commune, de son agglomération) sont nombreux et variés.

Pour les quartiers, ce sont les espaces publics et les équipements (services et commerces) qui ressortent en premier lieu : les parcs et jardins, les lieux publics, les places, les cours d’eau… Le facteur humain, au travers des manifestations culturelles ou la qualité des relations humaines, est également cité.

Concernant la commune de résidence des répondants, la plupart mettent l’accent sur la qualité de vie qu’ils y trouvent, puis sur des éléments culturels et patrimoniaux.

Enfin, en ce qui concerne l’agglomération, la Loire est le symbole le plus souvent cité, puis le Château des Ducs de Bretagne et l’Éléphant.

* Question ouverte dont les réponses spontanées ont été regroupées en différentes thématiques

Q8. Si vous le pouviez, où habiteriez-vous dans l’agglomération ?

graphique
Nb : le total est supérieur à 100%, les personnes interrogées ayant pu donner plusieurs réponses

Les trois quarts des habitants sont satisfaits de vivre là où ils habitent. S’ils devaient déménager, ils opteraient essentiellement pour le centre-ville de Nantes, puis la campagne dans l’agglomération.

Les jeunes ont tendance à être moins satisfaits que les autres de leur localisation et préféreraient davantage que les autres vivre dans le centre de Nantes. Les 59-74 ans ont tendance à être plus satisfaits.

Ceux qui vivent dans une maison de ville sont plus satisfaits que les autres de l’endroit où ils vivent. Ceux qui vivent en appartement souhaiteraient plus que les autres vivre en centre-ville ou en quartier urbain.

Les propriétaires sont davantage satisfaits de leur lieu de vie.

Q9. Considérez-vous que l’agglomération nantaise est un territoire qui se développe, plutôt bien ou plutôt mal ?

graphique
Nb : les totaux différents de 100% s'expliquent par les non réponses

La grande majorité des habitants considère que l’agglomération nantaise se développe bien, que ce soit d’un point de vue économique, culturel ou social. À noter néanmoins l’importance de l’écart entre le nombre de personnes à juger positivement le développement économique et culturel d’un côté, et le développement social de l’autre.

Q10. Pensez-vous que l’agglomération nantaise est un territoire…

graphique
Nb : les totaux différents de 100% s'expliquent par les non réponses

Sept habitants sur dix estiment que l’agglomération nantaise est un territoire assez, voire très solidaire.

Q11. Selon vous, est-il plus facile sur l’agglomération nantaise qu’ailleurs de concrétiser un projet (professionnel, personnel, collectif…) ?

graphique
Nb : les totaux différents de 100% s'expliquent par les non réponses

La moitié des répondants estiment que, dans l’agglomération nantaise, il n’est pas plus facile qu’ailleurs de concrétiser un projet.

Néanmoins, quatre habitants sur dix, notamment ceux impliqués dans la vie locale, estiment qu’il est plus facile d’y réaliser son projet.

Q12. Quelles sont les choses les plus importantes pour votre épanouissement dans vos activités ?

graphique
Nb : le total est supérieur à 100%, les personnes interrogées ayant pu donner plusieurs réponses

Sept habitants sur dix estiment que les relations humaines dans le travail sont une priorité. Près de la moitié accordent beaucoup d’importance à la qualité et à l’accessibilité du lieu de travail, quatre habitants sur dix au partage de valeurs communes, à l’épanouissement des talents et à la prospérité économique.

Les femmes sont particulièrement sensibles aux relations dans le travail, les hommes aux possibilités d’exprimer leurs talents et à la prospérité économique. Les jeunes sont sensibles à la possibilité d’épanouir leurs talents, les plus âgés au partage de valeurs communes. Les Nantais sont plus sensibles à la possibilité d’épanouir leurs talents, les habitants des communes de moins de 10 000 habitants au partage de valeurs communes. Ceux qui sont engagés dans des associations accordent beaucoup d’importance au partage de valeurs communes, moins à la prospérité économique.

Q13. Quels sont pour vous les critères favorables au développement des échanges, des activités et des emplois ?

graphique
Nb : le total est supérieur à 100%, les personnes interrogées ayant pu donner plusieurs réponses

Plus de la moitié des habitants citent l’accessibilité du territoire comme un critère favorable au développement des échanges, des activités et des emplois, et plus de trois sur dix l’ancrage local des entreprises et le niveau de qualification et de formation de la population.

Les femmes mettent davantage en avant la qualité de l’accueil de nouvelles populations, les hommes la dynamique d’innovation. Les plus âgés insistent davantage sur la production et la consommation de produits locaux, les jeunes sur la dynamique d’innovation et l’ouverture à l’international.

Les cadres et les chefs d’entreprise insistent sur l’ancrage local des entreprises, la dynamique d’innovation et l’ouverture à l’international, les professions intermédiaires sur la formation de la population, les employés sur la qualité de l’accueil de nouvelles populations et les ouvriers sur la consommation et la production locales.

Q14. Face aux grandes questions et aux défis (environnementaux, économiques, sociaux…) dites ce qui pourrait arriver de positif sur l’agglomération nantaise à l’horizon 2030... *

graphique
*Question ouverte dont les réponses spontanées ont été regroupées en différentes thématiques. Nb : le total est supérieur à 100%, les personnes interrogées ayant pu donner plusieurs réponses

Les habitants espèrent que l’agglomération va continuer à se développer d’un point de vue économique, notamment en créant des emplois et en restant attractive. Ils espèrent aussi des progrès sur les transports, notamment concernant les transports en commun et la fluidité de la circulation. Viennent ensuite les valeurs nantaises comme le renforcement de la place de la culture ou de la solidarité, puis les défis environnementaux.

Les hommes ont davantage tendance à espérer que l’agglomération va se développer économiquement, les femmes aimeraient davantage que la délinquance soit maîtrisée.

Les jeunes aimeraient que l’agglomération fasse face aux enjeux environnementaux, à la gestion des déchets, qu’elle continue à être attractive, à développer la culture et à s’ouvrir à l’international.

Q15. Quels sont les faits qui vous semblent être des menaces pour l’agglomération nantaise à l’horizon 2030 ? *

graphique
*question ouverte dont les réponses spontanées ont été regroupées en différentes thématiques. Nb : le total est supérieur à 100%, les personnes interrogées ayant pu donner plusieurs réponses

Les premières craintes portent sur les menaces qui pèsent sur la cohésion économique et sociale : peur de la délinquance, du chômage, de moins de mixité, du repli sur soi, du creusement des inégalités sociales, des exclusions, de l’augmentation brutale de la population… Viennent ensuite les menaces environnementales et les transports, notamment la peur de voir se dégrader la circulation
automobile. Sont également citées la densification urbaine, la délocalisation des entreprises, ainsi que la baisse du pouvoir d’achat.

Les hommes mettent l’accent sur les difficultés de circulation, le chômage et la concurrence entre les territoires, les femmes sur les inégalités sociales et la délinquance. Les jeunes insistent sur les pollutions et les exclusions, les actifs sur le chômage et la fermeture des entreprises. Les plus âgés craignent le développement de l’urbanisation, le repli sur soi et la délinquance.

Les habitants des communes de moins de 10 000 habitants craignent les pollutions, ceux des communes de plus de 10 000 habitants hors Nantes craignent le chômage. Les Nantais ont davantage tendance à insister sur la densification, le repli sur soi et la sécurité.
Les personnes qui sont engagées dans des associations craignent plus que les autres le repli sur soi.

Q16. Quels sont les chantiers prioritaires pour préparer au mieux l’avenir de l’agglomération ? *

graphique
*Question ouverte dont les réponses spontanées ont été regroupées en différentes thématiques
Nb : le total est supérieur à 100 %, les personnes interrogées ayant pu donner plusieurs réponses

Trois habitants sur dix citent l’amélioration des réseaux de transport (construire un second périphérique, des nouveaux ponts...) comme chantier prioritaire, devant l’offre de services et d’équipements et la maîtrise de l’aménagement du territoire. Le développement économique et celui des logements sont également cités par les habitants.

Les femmes ont davantage tendance que les hommes à considérer comme prioritaire le développement d’infrastructures de santé et la lutte contre le chômage. Les hommes insistent davantage sur l’aménagement du territoire, les réseaux de transport.

Ceux qui ont un engagement associatif souhaitent que l’aménagement du territoire soit maîtrisé, que le développement économique
se poursuive et que les infrastructures éducatives soient plus nombreuses.
 

Q17. Quels sont, selon vous, les « valeurs » ou les principes à conserver à tout prix dans l’avenir ? *

graphique
*Question ouverte dont les réponses spontanées ont été regroupées en différentes thématiques. Nb : le total est supérieur à 100%, les presonnes interrogées ayant pu donner plusieurs réponses

Les valeurs humanistes sont celles auxquelles les habitants de l’agglomération nantaise semblent le plus attachés, notamment la solidarité, l’ouverture aux autres, le partage, l’esprit d’entraide, l’envie d’échanges et de rencontres.

Viennent ensuite les valeurs civiques, comme le respect des autres et l’importance de l’éducation. L’identité culturelle du territoire revient elle aussi relativement fréquemment, ainsi que les notions de liberté et de tolérance.

Les femmes insistent davantage sur l’éducation, les hommes sur les valeurs républicaines et le partage. Les jeunes insistent sur le
développement durable, l’ouverture, le partage.

Rappel méthodologique

Le questionnaire a été diffusé par différents moyens : distribution, insertion dans le journal de Nantes Métropole, internet… Des compléments à cette enquête, par téléphone, ont été réalisés pour assurer une représentativité totale. Le dispositif a été suivi par l’agence d’urbanisme et administré par des instituts indépendants*.

4 886 questionnaires ont été recueillis de janvier à avril 2011. L’ensemble des résultats obtenus est particulièrement riche et varié.
Le profil de la population ayant répondu au questionnaire ne présente pas de caractéristiques très différentes de celui de la population de l’agglomération nantaise.

Profil des répondants

On peut constater une participation plus importante des plus de 60 ans (24 % des répondants, alors qu’ils sont en proportion moindre dans l’agglomération), et, à l’inverse, les moins de 30 ans ont moins participé. Plus de la moitié des répondants se situent dans la tranche d’âge 30-60 ans.

La répartition des répondants par catégorie socio-professionnelle est assez proche de celle des actifs de l’agglomération. On relève néanmoins une participation légèrement plus importante des employés (35 % des répondants) et des cadres (30 %). Les ouvriers se sont proportionnellement moins mobilisés.

Les proportions de répondants selon leur lieu de résidence correspondent à la répartition de la population : 49 % des répondants sont nantais, 40 % vivent dans une commune de plus de 10 000 habitants et 11 % dans une commune de moins de 10 000 habitants.

Pour assurer une représentativité totale, les résultats sont redressés sur les critères de sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle, logement, secteur géographique.

Echantillon représentatif

Hommes . . . . 45 %
Femmes . . . . 55 %

Moins de 29 ans . . . .29 %
De 29 à 44 ans . . . . 25 %
De 45 à 60 ans . . . . 25 %
De 61 à 74 ans . . . . 14 %
75 ans et plus . . . . .7 %

Actifs . . . . 50 %
Chômeurs . . . . 6 %
Étudiants ou scolaires . . . .20 %
Retraités . . . . 20 %
Autres . . . . 4 %

Agriculteurs exploitants . . . . 0,1 %
Artisans, commerçants, chefs d’entreprise . . . . 5 %
Cadres et professions intellectuelles supérieures . . . .18 %
Professions intermédiaires . . . . 25 %
Employés . . . . 32 %
Ouvriers . . . . 20 %

Propriétaires de leur logement . . . .51 %
Locataires du parc privé . . . . 28 %
Locataires du parc social . . . . 18 %
Logés gratuitement (logements de fonction…) . . . . 3 %

Dynamisme et qualité de vie au coeur du modèle et du développement nantais

Il y a bien un esprit commun à la métropole qui se caractérise par un attachement de ses résidents à l’agglomération nantaise, à ses communes, au travers de valeurs et réalisations qui permettent un vivre ensemble. Cela donne à ses habitants une capacité à se projeter dans l’avenir. Ces attitudes sont assez homogènes selon les différents territoires et catégories de résidents.

Ces caractéristiques et la qualité des réponses des 4 886 répondants au questionnaire proposé, dont les principaux enseignements
sont exposés ci-après, singularisent positivement la métropole nantaise.

Des exigences se font néanmoins jour pour l’avenir. Le territoire de demain est vécu et décrit comme devant permettre à l’agglomération de se développer afin de relever les défis extérieurs et d’avenir, tout en devant préserver son identité.

Une satisfaction clairement exprimée

En grande majorité, les habitants se disent satisfaits de leur lieu de vie. Ils estiment que l’attachement à leur territoire, à leur quartier et à leur commune est un sentiment suffisamment répandu pour qu’ils se sentent bien dans l’agglomération, tout comme la qualité des relations avec les voisins et la présence de lieux pour faire la fête. À tel point que, lorsqu’ils s’expriment sur la ville dans laquelle ils rêveraient habiter, Nantes arrive dans le peloton de tête alors qu’il était spécifié que la question excluait l’agglomération nantaise. Preuve de l’attachement des habitants à leur territoire ! Autant d’éléments qui donnent aux individus une capacité à se projeter dans le territoire et dans l’avenir… et à s’ouvrir aux autres.

Une demande de développement basé sur des valeurs identitaires positives

Les habitants estiment en très grande majorité que l’agglomération nantaise est un territoire où le développement est positif, autant sur le plan économique que culturel ou social. À la question de savoir quel symbole évoque le mieux l’agglomération nantaise, on cite « le dynamisme », ce qui montre à quel point l’identité de l’agglomération nantaise est liée au mouvement et à l’avenir. La réussite du territoire s’appuie à la fois sur un développement économique qui a su rester solidaire, sur une identité culturelle ancrée dans le territoire et son histoire tout en étant en mouvement (les symboles de l’agglomération nantaise les plus souvent cités étant la Loire et les cours d’eau, le Château des Ducs et l’Éléphant), et sur une urbanisation ayant misé sur les espaces publics, symboles de la rencontre et de l’échange.

Pour l’avenir, les habitants espèrent majoritairement que l’agglomération continuera à se développer, sur un socle de valeurs positives et collectives. Ainsi, ils se disent particulièrement attachés aux valeurs humanistes, notamment la solidarité, l’ouverture aux autres, le partage, l’esprit d’entraide, l’envie d’échanges et de rencontres. Dans leurs activités, les relations humaines et le partage de valeurs communes sont essentiels à leurs yeux. Tous ces éléments sont à conforter, avec une envie d’échange, d’ouverture au monde et de créativité encore plus affirmée, notamment chez les jeunes.

La qualité de vie est aussi au coeur du modèle de développement nantais. Richesse et diversité de la vie culturelle sont parmi les critères les plus importants. Les rêves des habitants sont tournés vers l’épanouissement, le repos, les rencontres amicales, les promenades urbaines, la volonté de rester une ville à taille humaine. Le cadre de vie fait partie des priorités les plus souvent citées, comme la présence de parcs et de jardins. Le souhait d’une ville facile à vivre revient à plusieurs reprises, que ce soit à travers la qualité et l’accessibilité du lieu de travail, la performance des transports collectifs, le souhait de se déplacer aisément…

Des préoccupations face à l’avenir s’inscrivant dans un environnement extérieur qui questionne

La plupart des inquiétudes citées spontanément par les habitants mettent en avant le besoin de protection plutôt que de projection.
Ainsi, les premières craintes concernent la dégradation de la sécurité dans tous les sens du terme avec la peur de la montée de la délinquance (surtout pour les femmes, et les plus âgés), mais aussi la peur du chômage (notamment chez les hommes et les actifs) et des pollutions (surtout chez les jeunes).

Le logement et une vie pas trop chère sont des éléments nécessaires à l’épanouissement qui sont très présents. Des fondamentaux
comme se soigner (pour les plus de 60 ans notamment), se nourrir, trouver un travail reviennent eux aussi très fréquemment.
D’autres priorités liées au bien-être sont néanmoins elles aussi très présentes : volonté de s’épanouir professionnellement, volonté de préserver l’environnement.

Les jeunes sont plus préoccupés que les autres par la volonté d’augmenter leurs revenus, par les études, mais aussi par les loisirs sportifs et les rencontres entre amis.

Les habitants de l’agglomération nantaise sont conscients, dans un contexte de crise économique et sociale, de la raréfaction des ressources et de la concurrence entre les territoires, de la nécessité pour la métropole de se développer pour affronter les défis et enjeux de la période.

Des exigences de développement pour l’agglomération nantaise qui préserve le modèle nantais

Le développement social est jugé positif par les deux tiers de la population. Néanmoins, près d’un tiers des répondants estiment que l’agglomération nantaise se développe mal sur le plan social et les chômeurs et retraités plus que les autres estiment que la métropole n’est pas un territoire suffisamment solidaire.

À propos de ce qui est redouté à l’avenir, les hommes mettent davantage l’accent sur les difficultés de circulation et la concurrence
des territoires, les femmes sur les inégalités sociales, les jeunes sur les exclusions, les actifs sur la fermeture des entreprises.
Les plus âgés craignent davantage le développement de l’urbanisation, le repli sur soi et la délinquance.

Les habitants de l’agglomération nantaise rêvent d’une métropole qui se développe tout en restant facile et agréable à vivre, en préservant et renforçant les éléments qui fondent sa qualité de vie. Ils rêvent tout simplement de s’épanouir, de prendre plaisir à se promener dans la ville, de se relaxer, de s’amuser…
La proximité fait partie du modèle nantais. Proximité des commerces et services pour se faciliter la vie (chez les plus jeunes notamment), proximité de l’eau, de la culture, des équipements sportifs. Ils rêvent d’une ville qui resterait à taille humaine, pour tous (adaptée notamment aux personnes âgées), durable et encore plus verte.

La question des déplacements occupe une place centrale dans la vie quotidienne des habitants de l’agglomération, la performance
des transports collectifs étant de loin le critère nécessaire à leur épanouissement qui ressort le plus souvent. Après la qualité de vie et la proximité des services, beaucoup rêvent de se déplacer facilement, citant pistes cyclables, transports en commun, stationnement facile. Ainsi, le chantier prioritaire pour préparer au mieux l’avenir de l’agglomération concerne l’amélioration des réseaux de transport, devant l’offre de services et d’équipements.

Conclusion

L’agglomération nantaise demain : une métropole qui maîtrise son développement pour préserver ses atouts et préparer l’avenir.

Les villes rêvées par les habitants sont des villes à dimension européenne, voire mondiale, qui surclassent Nantes : New-York, Paris, Londres, Barcelone… des villes cosmopolites et ouvertes sur le monde.

Dans l’idéal, les habitants souhaitent voir se développer l’agglomération nantaise, mais dans un aménagement qui assure une certaine sécurité, laisse sa place à la nature, à la proximité (commerces et services), aux loisirs. Ils voient une agglomération fluide où les déplacements sont aisés et ne posent pas problème, grâce à l’offre de transports en commun, à la réduction du nombre de voitures, à une plus grande place aux vélos…

Ils espèrent donc que l’agglomération va continuer à se développer économiquement et à créer des emplois tout en restant fidèle à ses valeurs, notamment la solidarité, condition de dynamisme et d’innovation, l’ouverture aux autres, le partage, l’esprit d’entraide, l’envie d’échanges et de rencontres.

Téléchargez le document en cliquant ici