1. L’économie à la nantaise dans la mondialisation : quelle stratégie ?

La métropole nantaise se caractérise par un développement économique équilibré et diversifié. Mais face à la mondialisation, à la concurrence accrue entre les grandes métropoles, aux évolutions vers une société de services et une économie de la connaissance, aux enjeux climatiques et sociaux, aux évolutions des modes de vie... faut-il repenser notre stratégie économique ? Quelles sont nos principales chances ?

Ce que vous nous avez dit

(Enquête, entretiens, réunions, commentaires des internautes… réalisés lors de la première étape de "mise en mouvement" de Ma Ville Demain)

83 % des habitants estiment que l’agglomération se développe plutôt bien d’un point de vue économique. Lorsqu’elles abordent l’économie, les contributions à Ma Ville Demain mettent en avant la diversité du tissu de la métropole nantaise. Et cette diversité est perçue à la fois comme une force et comme une faiblesse.

Une force car elle assure au territoire une certaine résistance dans les périodes de mutation économique et permet de donner des emplois diversifiés à tous.

Une faiblesse car le territoire nantais ne dégage pas suffisamment de secteurs de pointe qui aideraient au développement, et rencontre également des difficultés à s’internationaliser. D’ailleurs, 25 % seulement des personnes interrogées considèrent que la diversité du tissu économique est favorable au développement.

L’ouverture au monde de la métropole nantaise est perçue comme un enjeu et 29 % des habitants estiment que c’est un des critères importants pour le développement de l’activité et de l’emploi. Si le déplacement de l’aéroport international fait débat, la nécessité d’être une métropole accessible et ouverte à l’échange est reconnue par la majorité des répondants (53 %) comme un critère important de développement économique.

Le contexte, du local à l'international

L’équilibre et la diversité caractérisent effectivement l’économie de notre métropole.

Équilibre entre les types d’emplois : ceux qui répondent aux besoins des habitants (commerces, coiffeurs, construction…), les emplois dans l’industrie ou les services et enfin les emplois publics. Nantes Métropole se place en troisième position en matière de création d’emplois notamment dans les services.

Diversité dans les secteurs d’activité (biotechnologies, santé, informatique, agroalimentaire, biens d’équipement, bois, matériaux, finances, commerce…) mais aussi dans la taille des entreprises, des petites et moyennes entreprises aux multinationales. Depuis 2008, la crise mondiale a eu un impact local, surtout dans l’industrie manufacturière et les services liés à l’industrie. D’autres secteurs ont mieux résisté (construction notamment), et d’autres ont même continué à créer des emplois (activités financières et immobilières). Finalement, cette diversité du tissu économique nantais a permis d’atténuer les conséquences de la crise, avec un
chômage dans la zone d’emploi de Nantes début 2011 qui s’élevait à 7,8 %, contre 9,6 % pour la France.

Quelle forme l’économie mondiale prendra-t-elle en 2030 ? Bien malin qui saurait le dire… L’économie va devoir apprendre à fonctionner avec moins d’énergie. Les cycles économiques seront de plus en plus rapides. De nombreuses puissances émergeront et à la concurrence des États s’ajoutera de plus en plus celle des territoires, et notamment des métropoles. Certains secteurs d’activité seront confrontés à une compétition internationale toujours plus forte, d’autres devront faire face à des évolutions technologiques majeures,d’autres encore devront peut-être se relocaliser. Des secteurs enfin seront confortés par les besoins accrus des habitants (allongement de la durée de la vie, activité des femmes…).

Quelles alternatives pour notre territoire ?

Les décisions d’aujourd’hui en matière d’équipements (aéroports, gares, quartiers d’affaires…), de soutien à l’innovation, d’adaptation de formations et de savoir-faire, dessinent en partie le paysage économique de notre métropole de demain.

Quelle stratégie le territoire nantais doit-il adopter ? Soutenir et faire évoluer les savoir-faire traditionnels comme le font le pôle de compétitivité EMC2 sur les matériaux composites ou le futur Institut de recherche technologique Jules Verne ? Faire émerger de nouvelles filières d’excellence dont on pense qu’elles seront créatrices d’emplois et de valeur ajoutée comme le Quartier de la création le fera en fédérant les industries créatives ? Aider les jeunes entreprises innovantes à se développer à l’image d’Atlanpole ? Miser sur la consommation locale comme moteur au bénéfice du commerce, de l’artisanat, du tourisme, du bâtiment… ? Soutenir les entreprises qui marchent ou celles qui sont en difficulté ? Soutenir davantage la recherche et le développement ?

Pistes de débats…

Industries ou services : faut-il choisir ?
L’éolien, filière d’avenir de la métropole ?
Le tourisme, filière d’avenir pour Nantes ?
Quelle place pour l’économie sociale et solidaire ?
Comment accompagner l’internationalisation des entreprises et de leurs salariés ?
Quels choix pour notre métropole dans la mondialisation ?
Le numérique va-t-il vraiment révolutionner l’économie ?
Comment développer le potentiel de la mer et du fleuve ?
Quel lien entre l’Université et les entreprises ?
Quelles collaborations économiques avec les territoires voisins ?
Comment rester connectés au reste du monde ?
Comment favoriser la recherche et le développement ?

Le saviez-vous ?

Évolution annuelle de l’emploi dans les premières agglomérations françaises

évolution de l'emploi salarié dans les principales agglomérations françaises

Source : Auran, Insee, recensement de la population, 1999 - 2007

Les contributions

Crée un label grande métropole de l’Ouest , avec une campagne d’information au niveau international, 2 fois par an un salon de l’économie local de 3 jours, premiers jour de travail avec l’ensemble de partenaire par groupe , avec l’éducation nationale(apprentissage), les chefs de grandes entreprise, l’artisanat , des économistes, les villes jumelées avec les 24 communes de l’agglomération le pôle emploi 2 autres jours l’avenir, la recherche, le développement durable, et le salon et proposition à mettre en place dans les deux ans, une grande métropole ne peut être compétitive que l’ont partage l’économie et le travail, l’urbanisation, l’enseignement et la culture, être la plateforme et la vitrine de l’ouest la proximité avec l’océan l’embouchure de la Loire, faire développer la recherche sur l’éco- système et la bio diversité. Travailler sur les nouvelles énergies.

VINCENT, NANTES, le 19/09/2011 11:07

Je propose de parrangonner (benchmarking en anglais) avec d'autres métropoles européennes et mondiales pour comparer les stratégies de développement et analyser les succès et conditions de leur réussite. Exemple parmi d'autres : Stockholm et la Suède pour sa stratégie d'innovation (design et créativité, produits à bas prix mais beaux etc...), de conciliation de l'emploi et vie familiale, de la place du vélo et de l'utilisation des voies d'eau pour les transports publics, de développement durable (on peut se baigner en centre ville...). Se comparer permet aussi de rester modeste et de ne pas se regarder le nombril, car nous pouvons faire mieux demain...Eric

Eric, NANTES, le 02/10/2011 16:08

je pense que l'on doit dés aujourd'hui prendre une direction de recherche et développement en lien avec la production d'énergie locale,Nantes comme beaucoup de grande villes dispose d'énormes surfaces de toitures exploitable pour le solaire par exemple .
La récupération de calories sur les rejets d'eaux usées est également une piste à développer.
Par ailleurs il ne faut
pas que seul les grande entreprises soient impliquées ,le secteur artisanal doit être le moteur de ce type de projets.
La ou les compétences des entreprises artisanales sont une chance pour agglomération Nantaise regroupées elles peuvent offrir des services au plus proche des attentes de la commutée.
 

Laurent, Rezé, le 18/10/2011 11:55

Acheter locaux.

Responsabilité des commerçants, du savoir faire face aux clients. En faisant attention/contrôlant les produits avant la mise en vente.
EX : cliente brulée chez un coiffeur à St Brice en Coglès (35)par un produit importé de Chine (ce qui ne veut pas dire que tous les produits de Chine sont mauvais!).

Favoriser les petits commerces (genre super U, inter,...) avec des promos tous les jours et diverses.

Que le commerçant (s'il veut continuer à exister) qu'il fasse épicerie et bar par exemple.

MARCCO, nantes, le 28/11/2011 17:27

Nantes 2032, le transport maritime à la voile a refait son apparition. De grands voiliers traversent l'atlantique pour rapporter des denrées (café, cacao, rhum) et approvisionner les commerces nantais. Les métiers de la mer reprennent une certaine activité à Nantes. Et tout cela sans CO2 ! Utopie ? regardez à Brest ci-joint.

 

Voir le lien proposé

Télécharger le document associé (JPG - 1.77 Mo)

bill, Nantes, le 11/01/2012 08:39

Les perspectives économiques ne peuvent être traités indépendamment des problèmes d'environnement : raréfaction des matières premières, élévation de la température,phénomènes migratoires liés au changements climatiques.
En 2030, aurons-nous encore du pétrole?
La relocalisation des activités aura sans doute eu lieu. Il faudra concevoir, produire, commercialiser (ou échanger) des produits durables, facilement réparables et recyclables, économes en matière première. Il y a là tout un domaine de recherche et de savoirs faire à développer.
Espérons que l'économie aura retrouvé sa finalité première, à savoir le bien-être de l'humanité et non le profit de quelques uns.
Les économies d'énergie dans le bâtiment représentent un énorme secteur d'activités, non délocalisables.
L'économie sociale et solidaire (services aux personnes, éducation, santé,...) devra être plus développée et représente également un potentiel important d'emplois.
Le souhait de s'approvisionner dans les circuits courts de produits de bonne qualité (bio) devrait se traduire par une agriculture urbaine. Il serait grand temps de faire des réserves foncières pour prévoir le rétablissement de l'agriculture urbaine.
L'économie de 2030 n'aura sans doute pas grand chose à voir avec ce qu'elle est aujourd'hui. Il n'est pas sûr que les mégalopoles soient l'avenir. Il faut dès à présent penser un développement équilibré des territoires et éviter la concentration des emplois dans la ville centre. Relocaliser l'emploi au plus près des lieux de vie est une nécessité.
 

Yves, Ste-Luce-sur-loire, le 17/01/2012 19:14